Archivio | 7:11 pm

SYRIA – Moussawi Calls for Confronting US-“Israeli” Intervention in Affairs of Syria, Region

7 Gen
Moussawi Calls for Confronting US-“Israeli” Intervention in Affairs of Syria, Region

Local Editor

Loyalty to the Resistance Bloc member MP Hussein Moussawi called on standing in face of the American-“Zionist intervention in the region, particularly in Syria, which aims at sabotage and sowing strife among the peoples.

During a Quranic seminar in Baalbeck, Moussawi noted that “frightening Muslims and Christians and sowing strife and disaccord between the Sunnites and Shiites is in the interest of the hegemonic scheme which targets the resistance and attempts to make up for the huge US loss in Iraq after the withdrawal.

This takes place at a time when revolutions sweep across the Arab world, and at the time the US tries to distract the people of the region from confronting their real enemy, “Israel.”

Moreover, Moussawi called for a true national reconciliation in Syria and all the other countries.”

 

( Fonte: http://www.moqawama.org )

LIBAN – Qaëda or no Qaëda, that is the question…

7 Gen
Qaëda or no Qaëda, that is the question…
Soraya Hélou

C’est réellement un débat ridicule. Comment le niveau politique de l’opposition a-t-il pu tomber si bas ? C’est une question à laquelle il n’y a pour l’instant aucune réponse. Sinon que l’opposition ne trouve plus rien à dire et elle est contrainte d’inventer de faux problèmes pour créer un climat confessionnel malsain. Soudainement, les principales figures de l’opposition protestent ainsi contre l’existence de cellules d’Al Qaëda au Liban, accusant le ministre de la Défense qui a osé affirmer que des éléments d’Al Qaëda étaient en train de s’infiltrer à partir du Liban vers le territoire syrien, de tenir des propos irresponsables et de ternir l’image internationale du Liban.
Ces mêmes figures de l’opposition ont oublié le fameux de 2000, lorsque l’armée libanaise s’était battue pendant trois jours dans les hauteurs de Denniyé contre un groupe d’Al Qaëda qui avait d’ailleurs pris en otages à Kfarhabou un officier de l’armée et quelques soldats. Elles ont aussi oublié comment des membres de la mouvance d ’Al Qaëda avaient assassiné en plein Beyrouth, cheikh Nizar Halabi des Ahbaches, avant d’être identifiés, arrêtés puis jugés devant la cour de justice. Cette même mouvance avait aussi assassiné des juges en plein tribunal à Saïda quelques années plus tard en riposte au jugement de la Cour de justice. Plus tard encore, une cellule appartenant à la même mouvance avait planifié un attentat contre l’ambassade d’Italie alors installée à Hamra… Sans parler de la participation de Ziad Jarrah originaire du village de Marj et neveu de l’actuel député du bloc du Futur Jamal Jarrah, aux attentats du 11 septembre…

C’est dire que les Libanais ont une longue histoire avec Al Qaëda et tout au long de ces années, les autorités qui se sont succédées aux ministères de la Défense et de l’Intérieur n’ont jamais nié l’existence de partisans de cette mouvance au Liban sans jamais songer à accuser une communauté d’y être favorable.

Pourquoi reprendre aujourd’hui la même affirmation, qui semble d’ailleurs évidente en raison de la complexité de la situation régionale et locale, devient-elle soudain un crime de lèse-opposition et un coup porté à la réputation du Liban ? La féroce campagne de l’opposition contre le ministre de la Défense serait risible si elle n’était aussi choquante. Pourquoi l’opposition cherche-t-elle ainsi à faire l’amalgame entre Al Qaëda et la communauté sunnite ? Cette mouvance existe sous des formes différentes dans la plupart des pays arabes. Pourquoi dans ce cas sa présence au Liban serait-elle impossible ? C’est bien pourtant l’opposition, alors majorité, qui accusait la Syrie entre 2005 et 2009, d’envoyer les combattants d’Al Qaëda vers le Liban. Pourquoi le chemin inverse deviendrait-il aujourd’hui une atteinte à l’image du Liban et de la communauté sunnite dans ce pays ? Que la frontière avec la Syrie au niveau de Ersal soit une passoire est une réalité.

Pourquoi dans ce cas cherche-t-on à transformer les propos du ministre de la Défense en accusation contre l’ensemble de la communauté sunnite ? L’opposition a certes le droit d’utiliser tous les thèmes politiques pour marquer des points contre la majorité, mais cette attitude ne s’inscrit plus dans la lutte politique. Elle frôle l’irresponsabilité totale en voulant à tout prix confessionnaliser tous les débats et nier les faits pour créer des sujets de polémique. Au lieu de discuter de la présence ou non d’éléments d’Al Qaëda au Liban, ne serait-il pas préférable de chercher à limiter leur influence et leur capacité d’action au Liban ou à partir de ce pays ? En critiquant aussi violemment le ministre de la Défense, l’opposition joue un jeu dangereux qui pourrait d’ailleurs se retourner contre elle mais aussi contre tout le Liban. Il ne s’agit plus d’un débat politique mais d’une question vitale pour tous. Les Libanais devraient tous être solidaires pour lutter contre les extrémismes alors que leur pays, en raison de la diversité de ses fils, a toujours été un havre de modération…

LIBAN – Fadlallah: Qu’a fait le gouvernement libanais à l’encontre des agents de la CIA?”

7 Gen
Fadlallah: Qu’a fait le gouvernement libanais à l’encontre des agents de la CIA?”

Le président de la commission parlementaire de l’information et des télécommunications Hassan Fadlallah s’est interrogé sur les mesures que le gouvernement a entreprises un mois et demi après la confession américaine via les médias de l’espionnage sur la résistance. Il a également signalé l’importance nationale de cette question sur le plan de la sécurité patriotique et nationale.

Dans une conférence de presse tenue au Parlement, M. Fadlallah a souligné la gravité des actes révélés et des propos cités par des responsables libanais et américains. Il a également interrogé le ministère des Affaires étrangères sur ce qu’il a fait pour expulser quelques diplomates de l’ambassade US à Beyrouth pour opérations d’espionnage masquées au Liban.

M. Fadlalalh, député dans bloc de la fidélité à la résistance a également rapporté que la résistance est sûre que Daniel McFeely préside la CIA et les opérations d’espionnage au Liban. “Qu’a fait le ministère des Affaires étrangères pour convoquer l’ambassadrice américaine Maura Connelly ?” a-t-il demandé.

De même, il s’est interrogé sur les mesures prises à l’encontre des officiers utilisant l’ambassade à Awkar comme centre de recrutement du CIA et du siège d’opérations d’espionnage sur la résistance. Fadlallah a finalement espéré que le gouvernement répondra à ses questions selon les mécanismes déterminés.

 

( Fonte: http://www.moqawama.org )