Sayed Nasrallah : «Tout notre besoin en matière d’armes se trouve entre nos mains au Liban»

17 Feb

Sayed Nasrallah : «Tout notre besoin en matière d’armes se trouve entre nos mains au Liban»

A l’occasion de la commémoration du martyre des commandants de la Résistance islamique, le secrétaire général du Hezbollah, sayed Hassan Nasrallah, a prononcé un discours devant des milliers de partisans du Hezbollah rassemblés au complexe du maître des martyrs. Dans ce qui suit les idées principales de son discours :

«Que la Paix de Dieu soit sur vous, sur le prophète, sur sa famille et sur tous les Messagers de Dieu. J’adresse mes condoléances aux familles des trois martyrs sayed Abbas Moussaoui, cheikh Ragheb Harb et haj Imad Moughniyeh.

La Résistance plus solide que jamais

En cette occasion, nous tirons les leçons et nous restons attachés à nos engagements. Ces martyrs témoignaient de toute l’histoire de la Résistance. Le martyr cheikh Ragheb était au début de la Résistance, alors que sayed Abbas vivait à l’époque de la montée en force de la Résistance. Quant au martyr haj Imad il était témoin des exploits et des victoires de la résistance. Pour eux, la seule priorité était la Résistance, parce que le danger israélien est la plus grande menace de la nation. Le seul choix logique et historique devant le peuple est celui de la résistance populaire sous toutes ses formes. Nos dirigeants martyrs, tout comme le fondateur de la Résistance au Liban sayed Moussa Sadr, ont cru au projet de la résistance et ont tout offert pour ce projet. Ils sont enfin tombés en martyre sur cette voie. Ils nous ont appris comment être fidèles à cette voie. Trente ans après, le projet de la résistance au Liban est plus solide que jamais, à travers les victoires et les exploits. On ne parle plus de rêves mais de réalités. Pendant trente ans de son histoire, la Résistance était la vérité la plus claire qui a imposé des équations régionales et réalisé d’importants exploits. Et sur cette voie, nous nous dirigeons vers la grande victoire finale.

Le slogan pour cette année de commémoration du martyre de nos commandants est «sur le chemin de la Palestine». D’aucuns nous disent : Pensez-vous toujours à la Palestine dans cette conjoncture actuelle dans la région? Cette question serait ordinaire à la vue des discours de provocation et de l’effusion de sang à travers la région.
Regardons ce qui se passe en Palestine : à alQods, la judaïsation en Cisjordanie, les détenus grévistes de la faim … qui en parle aujourd’hui ? Personne.
La Résistance au Liban qui a fait avorter le projet du grand «Israël» en 2000 et en 2006 a ravivé les espoirs de recouvrer les droits et de récupérer les terres usurpées. Sachez que la Résistance au Liban et en Palestine ont le même sort uni. Nous croyons toujours que la stratégie unique pour la Palestine est le soutien du peuple palestinien pour qu’il puisse récupérer ses terres et ses lieux saints. Au Liban, les Libanais ont combattu et enduré jusqu’à la libération de leurs terres. Même à Gaza, la population a pu libérer sa terre et pour cette raison nous allons poursuivre le soutien au peuple palestinien pour qu’il parvienne à libérer sa terre.

Tous ceux qui ont soutenu la Résistance doivent continuer à le faire. Et là nous remercions l’Iran et la Syrie pour leur soutien. A ce sujet, nous présentons nos condoléances à la famille du martyr l’ingénieur Houssam Khoshnavis et à la République Islamique. Ce martyr a déployé tant d’efforts pour aider le Liban et la Palestine.

Malheureusement, les dernières études israéliennes affichent un confort inouï de l’entité sioniste face aux crises qui frappent le monde arabe. Que Dieu aide ce monde arabe à sortir de ses crises. Nous saluons le peuple bahreïni qui commémore la deuxième année de sa révolution et nous souhaitons que la table de dialogue puisse réaliser les aspirations de ce peuple.

Tout le besoin de la Résistance en matière d’armes se trouve entre nos mains au Liban

Des parties arabes et libanaises ont semé la terreur dans les rangs du peuple libanais en brandissant la menace d’une guerre israélienne sur le Liban. Malheureusement, ce sont des Arabes qui annoncent cette guerre et non les Israéliens. Je ne vais pas parler de l’affaire en Bulgarie, nous suivons cette affaire doucement et loin des médias.
Des Arabes et des Libanais ont immédiatement admis cette accusation et nous ont accusés d’organisation terroriste. Mais le pire de ce qui a été dit est les intimidations de guerre sioniste. Ce sont les rêves et les paris de certaines parties libanaises.

Je voudrais dire deux choses sur ce point :
– Les Israéliens n’ont pas besoin d’alibi pour déclencher une guerre contre le Liban. Ils agressent le Liban quand ils le veulent. Dès les premières heures de l’incident en Bulgarie, Netanyahu a accusé le Hezbollah. Avant la Bulgarie, il y a eu des incidents en Inde et en Thaïlande, pourtant «Israël» n’a pas fait de guerre contre le Liban. On simplifie les choses si on dit qu’«Israël» cherche un prétexte pour justifier une guerre. «Israël» a un projet grandiose et veut le réaliser à tout prix. Mettez ces comptes erronés de côté.
Deuxièmement, les Libanais doivent savoir que les Israéliens font de longs calculs avant de lancer une offensive contre le Liban depuis l’an 2000. Ce qui le démontre sont les discours des dirigeants israéliens, les études, les colloques des anciens commandants, les exercices militaires et les manœuvres prouvent que l’ennemi se prépare à un front de guerre réel. Ils se demandent si en cas de guerre, «Israël» pourra remporter cette bataille.

A l’occasion du martyre des commandants de la Résistance, je dis aux Israéliens : oui,vous devez faire de longs calculs avant de réfléchir à une nouvelle agression au Liban. Et même ceux qui misent sur l’ennemi, ceux-ci doivent bien calculer la situation. Peut-être ils croient que la Syrie n’est plus capable de soutenir la Résistance au Liban en cas de guerre. Ou bien pensent-ils que la Résistance est dans un état de faiblesse et donc c’est le temps propice d’une attaque ou d’une guerre. A ceux qui pensent de la sorte, je leur dis que vous avez complètement tort. Tout ce que nous avons besoin en matière d’armes se trouve dans nos mains au Liban. Et vous comprenez bien mes propos. Je mets en garde les Israéliens que la résistance ne sera pas passive face à une attaque contre elle. Ils savent que leurs aéroports, leurs ports, leurs stations électriques, sont sous la portée de nos roquettes. Par le sang de nos commandants martyrs, les combattants d’aujourd’hui sont plus que jamais décidés à faire face à toute agression.

Complaire à nos alliés au Liban n’est pas une faute

Au sujet du Liban, il y a deux jours, le chef du courant du Futur a prononcé un discours à l’occasion du martyre du président Rafic Hariri. Je voudrais commenter un petit paragraphe dans son discours qui porte atteinte au sang du martyre Rafic Hariri et à certains alliés. Il a dit que «le Hezbollah est prêt à tout faire pour former un gouvernement qui ne touche pas à ses armes. Il est prêt à échanger ses quotas de députés en faveur du président Michel Aoun, à oublier les dérives de Walid Joumblatt, à passer sous silence les attaques du régime syrien contre son peuple, à verser un pot-de-vin au Premier ministre Najib Mikati en échange de se taire au sujet des armes de la Résistance et que le Hezbollah accepterait le financement du tribunal international à condition qu’on laisse de côté les armes de la Résistance».

Sachez que le Premier ministre Najib Mikati n’est pas en mesure de comploter contre la Résistance. De plus, le fait de complaire à nos alliés n’est pas une faute. Donc si on veut rendre service au Courant patriotique libre (CPL) au sujet de la loi électorale ceci ne vas pas à l’encontre de nos convictions. Ce service permet aux chrétiens d’avoir une représentation équitable dans le pays. Le général Aoun nous a déjà rendu un grand service en se mettant du côté de la Résistance alors que le monde entier cherchait à éliminer le Hezbollah. Sa position était nationale et morale et non pas politique. On était tous menacé de mort.

Quant aux propos sur les positions de Walid Joumblatt, que veux-tu donc qu’on fasse ? Qu’on s’entretue avec le parti progressiste socialiste ? Le député Joumblatt avait pris une position claire en faveur des armes de la Résistance…

C’est vrai que le gouvernement libanais a pris une position de dissociation avec la crise syrienne. Pourquoi cherchez-vous à transposer la guerre en Syrie au Liban ?
Bon, face à ce qui a été dit, veux-tu dire que nous avons versé un pot-de-vin au Premier ministre martyr Rafic Hariri ? Nous avons longtemps discuté ensemble et lui avons dit que la cause de la Résistance est une priorité pour nous et que toutes les autres affaires du pays sont secondaires. Le martyr avait alors dit : «Je suis d’accord avec vous. Je suis même pour le maintien des armes de la Résistance jusqu’à la réalisation d’une paix globale et juste. Plus encore, en cas de réalisation de paix globale et juste, je viendrai chez vous pour discuter d’une solution à ces armes. Mais si vous refusez de remettre vos armes, je démissionnerai et quitterai le Liban mais je ne n’accepte aucunement d’entrer en confrontation avec la résistance au Liban» ! Voilà ce qu’a dit votre père.

Mais, n’est-ce pas vous qui avez proposé un pot-de-vin à Paris lorsque tu t’es engagé de préserver nos armes et de suspendre le travail du tribunal international en échange de notre soutien à ta nomination à la tête du gouvernement? Mais nous avons refusé ta proposition parce que ceci ne sert pas les intérêts nationaux.
Donc, si nous présentons des concessions dans les instances étatiques pour préserver nos armes qui protègent le Liban, ceci ne sera pas quelque chose d’erroné.
Nous croyons au développement de l’Etat, à l’accord de Taëf et à son remaniement, nous croyons à la coexistence. Nous sommes certains qu’aucun parti ou courant ou une quelconque confession puisse prendre le contrôle du Liban. Nous sommes avec un partenariat réel parce que la composition confessionnelle de ce pays stipule qu’on applique le partenariat national.

Nous aspirons à la vie digne dans ce pays, à un Liban fort capable de se protéger grâce aux bras de ses combattants, de profiter de ses ressources naturelles dans les montagnes, dans sa mer et dans ses champs, sans en avoir peur de personne. Tels étaient les rêves de nos dirigeants martyrs et tels sont aussi nos rêves que nous allons ouvrer pour réaliser».

Source : moqawama.org

%d blogger cliccano Mi Piace per questo: