“Israël” s’efforce de convaincre ses alliés de “la nature terroriste” du Hezbollah

21 Feb

“Israël” s’efforce de convaincre ses alliés de “la nature terroriste” du Hezbollah

Le ministre israélien de la Guerre passive, Avi Dichter, a qualifié cette semaine de “plaisanterie” le débat sur “la nature terroriste ou pas” du Hezbollah et accusé les pays européens qui refusent de l’inscrire sur liste noire de “dormir”.

“Se demander si le Hezbollah est une organisation terroriste est comme demander si Paris appartient à la France”, a ironisé M. Dichter lors d’une rencontre mardi avec des journalistes dans la capitale française. “Il n’y a pas de débat”, a-t-il martelé en énumérant les attentats au cours des dernières décennies dans lesquels, selon lui, a été impliqué le Hezbollah.

“Est-ce que ce sont les Israéliens qui dorment, ou des pays européens qui dorment ? Ce qui me frustre plus que tout, c’est que certains font la différence entre les ailes politique et militaire (du Hezbollah). C’est une plaisanterie”, a-t-il déclaré. “Parler de Hassan Nasrallah (secrétaire général du Hezbollah) comme d’une personnalité politique est ridicule”, a encore déclaré M. Dichter, qui fut aussi ancien patron du Shin Beth, le service israélien de sécurité intérieure.

Le débat sur l’inscription ou pas du Hezbollah sur la liste noire des “organisations terroristes” de l’UE a resurgi après que la Bulgarie l’eut montré du doigt dans l’attentat du 18 juillet à l’aéroport de Bourgas, qui a fait six morts – cinq touristes israéliens et un chauffeur de bus.

Suite à cette mise en cause, les Etats-Unis, qui considèrent le Hezbollah comme une “organisation terroriste”, ont pressé l’Union européenne d’agir contre le Hezbollah et de l’inscrire sur la liste des groupes terroristes.

Mais les Européens sont divisés sur la question, qui requiert l’unanimité de ses 27 membres.
La chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton a prudemment estimé que c’était “une option parmi d’autres”. Paris et Rome sont parmi les plus réticents, en raison notamment de l’engagement de leurs soldats dans la Force intérimaire des Nations unies au Sud-Liban (Finul).

Source: L’Orient Le Jour

Annunci
%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: