Les rebelles armés en Syrie: “L’Occident, et les pays arabes jouent avec nous”

23 Feb

Les rebelles armés en Syrie: “L’Occident, et les pays arabes jouent avec nous”

De nombreux insurgés armés en Syrie regrettent qu’avec la perspective de discussions entre le régime et son opposition, “le robinet aux armes” se soit refermé.

Des banlieues de Damas à la poudrière d’Alep, c’est peu ou prou la même complainte: “Que l’Occident nous donne des armes pour renverser Bachar el-Assad”, supplie Anwar, un rebelle dans la capitale. Avec la perspective de négociations qui pourraient se tenir prochainement entre les deux camps, de nombreux insurgés ont la désagréable impression que “le robinet des munitions” s’est encore refermé, sauf pour les plus radicaux des combattants, les extrémistes qui bénéficient d’un flot constant d’armes et d’argent.

Certains rebelles revendent les armes qu’ils recoivent pour se faire de l’argent. Ce trafic est jugé suffisamment inquiétant pour qu’une récente note d’un service de renseignement européen préconise de limiter l’afflux des armes aux rebelles à partir de la Turquie, afin d’éviter leur revente, soit à l’armée régulière, soit aux combattants du groupe extrémiste de Jabhat al-Nosra.

“Il n’y a rien à faire”, déplore l’insurgé d’Idlib. L’Occident, qui a la main sur les armes, ferme le robinet quand il le désire. On ne nous en donne qu’au compte-gouttes, comme si on offrait un poulet à 50 types affamés”, se plaint ce rebelle.

À Damas, Anwar abonde dans le même sens. “On a l’impression que l’Occident, et même les pays arabes qui prétendent nous aider comme le Qatar et l’Arabie saoudite, jouent avec nous. Quand ils voient que Bachar prend le dessus, ils nous livrent des armes légères;et après, ils s’arrêtent comme s’ils n’avaient pas vraiment envie que les révolutionnaires prennent le pouvoir en Syrie. Le but nous semble clair: acheter une solution politique. Ils veulent nous forcer à s’asseoir à la table des négociations”.

Réunie jeudi et vendredi au Caire, la Coalition nationale, le principal groupe de l’opposition, s’est dit prête à entamer des négociations en vue d’un règlement du conflit.

Source: lefigaro.fr, édité par moqawama.org

Annunci
%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: