Mali: des tapis contre les drones

24 Feb

Mali: des tapis contre les drones

Pour se protéger contre les drones, les rebelles au Mali se couvrent avec des tapis fabriqués avec des herbes du désert.

Avant de quitter Tombouctou, à l’arrivée des troupes françaises et maliennes le mois dernier, les insurgés se sont arrêtés pour acheter des dizaines de modestes tapis tissés avec des herbes du désert, dont ils ont recouvert leurs voitures.

Un conseil pour ne pas se faire détecter par les drones, qui figure dans un petit guide, retrouvé par l’agence américaine Associated Press (AP), que les membres d’al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi) ont laissé derrière eux en fuyant la ville du Nord-Mali.

Déjà diffusé sur un forum relevant d’al Qaëda il y a deux ans, ce document en arabe énumère 22 astuces pour se protéger contre les attaques de drones. Placer des éléments réfléchissant sur une voiture ou le toit d’un bâtiment (conseil numéro un), ne pas utiliser de quartier général permanent (n°7), former de faux rassemblements en utilisant par exemple des poupées et des statues pour induire l’ennemi en erreur (n°18), quitter immédiatement une voiture poursuivie par un drone et partir chacun dans une direction différente (n°19)… Ces conseils variés sont bel et bien mis en pratique par les rebelles extrémistes au Mali, admettent les autorités et les témoins locaux.

«Un ennemi qui traverse les continents»

Ce document, rédigé à l’origine au Yémen, donne une idée du niveau de coordination entre les différentes factions extrémistes à travers le monde, et confirme ainsi les craintes des autorités américains, comme l’explique Bruce Riedel, ex-membre de la CIA, qui officie aujourd’hui au sein de l’institut de recherche Brookings: «Ce nouveau document (…) révèle que nous ne sommes désormais plus face à un problème local isolé, mais avec un ennemi qui traverse les continents pour partager des conseils.» La guide montre aussi que les insurgés ont anticipé avec justesse l’arrivée de ces drones en Afrique du Nord.

Car les Etats-Unis ont de plus en plus tendance à recourir à ces avions sans pilote, qui réduisent fortement le coût humain de la guerre de leur côté. Le Pentagone vient ainsi de passer un accord avec le Niger pour stationner des drones de surveillance dans le pays et récolter ainsi plus d’informations sur les activités d’Aqmi dans la zone sahélienne.

Un sénateur américain, Lindsey Graham a récemment affirmé que les attaques
par drones de la CIA au Pakistan et ailleurs dans le monde avaient tué 4.700 personnes. Le chiffre n’a pas été confirmé.

Source : Le Figaro et AP, édité par : moqawama.org

Annunci
%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: