Tunisie: L’assassin de Chokri Belaïd arrêté, sa veuve dénonce un crime organisé

27 Feb

Tunisie: L’assassin de Chokri Belaïd arrêté, sa veuve dénonce un crime organisé

Un homme soupçonné d’avoir tué l’opposant tunisien et son complice présumé ont été interpellés. Ils appartiendraient tous deux à la mouvance salafiste.

Le tueur présumé, un artisan de 31 ans spécialisé dans les meubles en aluminium, a été arrêté à Carthage, dans la banlieue de Tunis, selon deux sources policières. Le deuxième homme est soupçonné d’être le motard qui a permis la fuite du tireur le matin du 6février après que Chokri Belaïd, opposant virulent au parti au pouvoir d’Ennahda, a été abattu à bout portant en bas de son domicile à Tunis. Les deux sources interrogées ont indiqué que les deux suspects appartiennent à la mouvance radicale salafiste. Leur arrestation a été facilitée par le témoignage d’une femme qui a été placée sous protection policière. L’une de ces sources a précisé que le tueur était actif dans la Ligue de protection de la révolution (LPR), une milice brutale du Kram, une banlieue populaire de Tunis voisine de Carthage.

La LPR a été accusée à de nombreuses reprises par l’opposition d’orchestrer des attaques contre des opposants ou des associations pour les intimider. Ses militants sont ainsi soupçonnés du lynchage à mort d’un représentant d’un parti d’opposition à Tatoutine (sud) à l’automne 2012 ainsi que de l’attaque qui a visé le siège du syndicat UGTT en décembre. La LPR du Kram a été aussi accusée d’avoir saccagé les locaux d’une association protégeant les droits des minorités en Tunisie.

Un crime organisé

La veuve de Chokri Belaïd a déclaré qu’elle voulait savoir qui avait commandité l’assassinat de son mari. “C’est beau de savoir qui a exécuté, mais pour moi c’est très important de savoir qui a commandé, comme cela a été fait, car c’est un crime très organisé”, a déclaré Basma Belaïd sur Europe 1. “On demande un procès et on demande de pousser l’enquête et de tout savoir”, a-t-elle affirmé.

Les ligues de protection de la révolution sont “protégées par le système”, a accusé la veuve de Chokri Belaïd qui a demandé “immédiatement” leur dissolution. “Toute la société tunisienne n’a pas arrêté de demander depuis des mois la dissolution de ces ligues”, a-t-elle souligné. “La responsabilité politique d’Ennahda est impliquée”, a répété Basma Belaïd, qui a accusé à plusieurs reprises le parti au pouvoir d’être responsable de l’assassinat de son mari. “La moindre des choses est d’assurer la sécurité des citoyens. Ennahda est le parti au pouvoir (…), c’est à elle de protéger les citoyens”, a-t-elle déclaré, alors que le parti islamiste est régulièrement accusé de faire preuve de laxisme vis-à-vis de sa frange radicale et de la mouvance salafiste.

La mort de Chokri Belaïd a plongé la Tunisie dans une crise politique sans précédent depuis la révolution de 2011, précipitant la démission du Premier ministre Hamadi Jebali. Le ministre de l’Intérieur, Ali Larayedh, a été chargé vendredi de former un nouveau gouvernement d’ici au 8 mars.

Source : agences, édité par : moqawama.org

Annunci
%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: