Égypte: nouvelles violences à Port-Saïd, des victimes

5 Mar

Égypte: nouvelles violences à Port-Saïd, des victimes

La tension persiste à Port-Saïd. Six personnes, dont trois policiers, ont été tuées lundi lors de violences nocturnes.

Un bâtiment des services de sécurité était en flammes lundi à Port-Saïd, une ville du nord-est de l’Égypte en proie à des troubles depuis des semaines, où six personnes, dont trois policiers, ont été tuées lors de violences nocturnes.

L’incendie, qui a démarré au rez-de-chaussée de l’immeuble, entraînait d’importantes émissions de fumée tandis que des heurts se poursuivaient dans les rues voisines.

Selon le ministère de l’Intérieur, des inconnus ont tiré «de manière aléatoire» aux abords d’un commissariat, tuant deux membres de la police antiémeute. Trois autres personnes ont également été tuées, selon les services de secours.

Des milliers de personnes ont plus tard participé aux funérailles des trois victimes civiles.

Le cortège a lancé des slogans hostiles aux autorités et au président Mohammad Morsi, comme «le ministère de l’Intérieur est lâche» ou «Dégage! Dégage!».

Des prisonniers transférés à l’extérieur de Port-Saïd

Les affrontements avaient éclaté dimanche, après la décision du ministère de l’Intérieur de transférer 39 prisonniers attendant leur verdict, prévu samedi, dans un procès concernant des violences qui ont fait 74 morts après un match de football à Port-Saïd en février 2012.

En janvier, 21 personnes, en majorité des supporteurs de football de Port-Saïd, avaient été condamnées à la peine capitale dans un premier procès pour les violences d’après-match il y a un an. Ce verdict avait provoqué des affrontements dans la ville, au cours desquels au moins 40 personnes avaient été tuées. Le ministère de l’Intérieur avait depuis annoncé sa décision de transférer des prisonniers à l’extérieur de Port-Saïd, à commencer par les 39 accusés du deuxième volet de l’affaire, afin d’éviter de nouvelles violences.

La ville, située à l’extrémité nord du canal de Suez, est également affectée depuis trois semaines par une grève générale. Le trafic des navires sur le canal n’était toutefois pas affecté par ces événements, a précisé l’organisme chargé de gérer cet axe qui relie la Méditerranée et la mer Rouge, stratégique pour le commerce mondial.

Les habitants de Port-Saïd et d’autres villes longeant le canal se plaignent de longue date d’être «marginalisés par Le Caire».

Des heurts près de la place Tahrir

Des heurts se sont aussi produits au Caire dans la nuit de dimanche à lundi, près de la place Tahrir, dans le centre de la capitale, entre policiers et manifestants.

La police a fait usage de gaz lacrymogène pour disperser la foule qui s’approchait d’un hôtel de luxe sur la corniche du Nil, déjà vandalisé en marge de heurts en février.

Au nord du Caire, la région du delta du Nil a aussi été le théâtre de violences ces derniers jours. Une personne a été tuée et des dizaines d’autres ont été blessées dans des heurts pendant le week-end entre policiers et manifestants dans la ville de Mansoura.

Source: Agences, édité par: moqawama.org

%d blogger cliccano Mi Piace per questo: