Chavez est mort, les Vénézuéliens incrédules

6 Mar

Chavez est mort, les Vénézuéliens incrédules

Agé de 58 ans, le président vénézuélien est mort d’un cancer. Sa dépouille serait exposée dès mercredi dans le hall de l’Académie militaire de la capitale du pays. Les obsèques du comandante sont prévues vendredi.

Le président vénézuélien Hugo Chavez est décédé mardi à Caracas à 58 ans des suites de son cancer diagnostiqué en juin 2011.

«Nous avons reçu l’information la plus éprouvante et la plus tragique que nous puissionsannoncer à notre peuple. A 16h25 aujourd’hui 5 mars, est mort notre commandant président Hugo Chavez Frias après avoir combattu avec acharnement contre une maladie depuis près de deux ans», a déclaré dans une allocution retransmise par toutes les chaînes de télévision du pays le vice-président et héritier désigné, Nicolas Maduro, au bord des larmes.

Agé de 50 ans, Nicolas Maduro devrait être le candidat du Parti socialiste au pouvoir pour l’élection présidentielle anticipée dont l’organisation doit intervenir dans les 30 jours, selon la Constitution. Il sera probablement opposé au gouverneur Henrique Capriles, 40 ans, candidat malheureux contre Hugo Chavez en octobre.

Le gouvernement vénézuélien a décrété sept jours de deuil et fait savoir que la dépouille de Chavez serait exposée dès mercredi dans le hall de l’Académie militaire de la capitale du pays. Les obsèques du comandante sont prévues vendredi.

Les Vénézuéliens incrédules

Peu après l’annonce de la mort du comandante, la capitale, Caracas, a plongé dans le silence. De nombreux commerces et l’ensemble des transports publics ont immédiatement cessé de fonctionner, alors que des centaines de partisans du comandante, visiblement incrédules, sont spontanément sortis dans la rue. Hommes et femmes pleurent. Certains sont venus avec leur guitare, d’autres avec la dernière photo de leur leader qui apparaît sur son lit d’hôpital cubain, entouré de ses deux filles.

Nicolas Maduro a demandé aux habitants de Caracas de se rassembler dans le calme sur la place Bolivar, dans le centre historique de la ville. Dans la foule compacte apparaissent de nombreux uniformes militaires. «Unité» et «Révolution» sont les mots que l’on entend le plus. Des groupes se forment pour entonner des chants patriotiques.

L’armée déployée

Le gouvernement vénézuélien a déployé mardi l’armée et les forces de police dans le pays pour «garantir la paix» après l’annonce du décès du président Hugo Chavez.
«Toute la Force armée nationale bolivarienne (et) la police nationale bolivarienne (…) sont en train de se déployer en ce moment pour accompagner et protéger notre peuple et garantir la paix», a déclaré Nicolas Maduro dans une déclaration retransmise par l’ensemble des médias du pays.

Source : agences, édité par : moqawama.org

%d blogger cliccano Mi Piace per questo: