Le monde rend hommage à Chavez, mort en martyr d’une maladie suspecte, selon Téhéran

7 Mar

Le monde rend hommage à Chavez, mort en martyr d’une maladie suspecte, selon Téhéran

Quelques heures après la mort du président vénézuélien, Hugo Chavez, les réactions n’ont pas tardé à fuser.

Les pays d’Amérique du Sud ont été les premiers à s’exprimer. L’émotion est considérable dans tout le continent. Les présidents de la Bolivie, de l’Uruguay et de l’Argentine ont déjà pris l’avion pour Caracas où le gouvernement annonce sept jours de deuil national et des funérailles pour vendredi. Le Bolivien et ami politique Evo Morales, l’un des premiers à réagir, affirme les yeux rougis que «Chavez est plus vivant que jamais». Très ému, il s’est dit «anéanti par le décès d’un frère».
«Quand les passions s’apaiseront, il ne fait aucun doute que le monde entier reconnaîtrala grandeur d’un homme extraordinaire, courageux, plein d’amour et d’héroïsme», a pour sa part déclaré le président équatorien Rafael Correa.
«Le gouvernement brésilien n’a pas toujours été intégralement d’accord avec le président Chavez mais sa disparition représente une perte irréparable. Il était un ami du Brésil et du peuple brésilien», a déclaré la présidente brésilienne Dilma Rousseff dans un communiqué.
Le régime cubain a décrété un deuil national de trois jours en hommage à son principal allié politique et économique. «Chavez est aussi Cubain ! Il a senti dans sa chair nos difficultés et nos problèmes et a fait tout ce qu’il a pu, avec une extrême générosité. Il a accompagné Fidel (Castro) comme un véritable fils et son amitié avec Raul (Castro) est profonde», a indiqué le gouvernement dans un communiqué.

«Un homme hors du commun»

Le président russe Vladimir Poutine a qualifié le président vénézuélien d’«homme hors du commun et fort qui regardait vers l’avenir. C’était un homme qui était toujours extrêmement exigeant envers lui-même», a déclaré Vladimi Poutine dans un télégramme de condoléances, cité dans un communiqué du Kremlin.
Poutine a souligné que le leader bolivarien avait été un «ami proche de la Russie, qui avait permis de poser des bases solides pour un partenariat russo-vénézuélien, d’établir des contacts politiques actifs et de lancer de vastes projets humanitaires et économiques entre les deux pays».

«Un défenseur des valeurs révolutionnaires»

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a rendu un hommage vibrant à M. Chavez, voyant en lui un «martyr pour avoir servi son peuple et protégé les valeurs humaines et révolutionnaires».
«Il est mort en martyr, d’une maladie suspecte», a-t-il déclaré dans un message de condoléances délivré au vice-président vénézuélien Nicolas Maduro. Il reprend ainsi à son compte les insinuations des dirigeants vénézuéliens, qui avaient indiqué, quelques heures avant la mort du président, que son cancer pourrait avoir été contracté suite à un complot.
«Le Venezuela a perdu un fils courageux et fort et le monde a perdu un leader avisé et révolutionnaire», ajoute le président iranien dans son hommage.
Tentant de consoler le peuple vénézuélien, désormais «orphelin», il souligne : «Je n’ai pas de doute qu’il reviendra, aux côtés du vertueux Jésus et de l’Homme parfait», en référence à la croyance des chiites sur le retour de leur 12e imam, le Mahdi, disparu au 7e siècle et qui doit réapparaître avec le Christ pour sauver le monde et apporter la paix sur Terre.

«Un défenseur des droits légitimes arabes»

Damas a rendu hommage à la mémoire du président vénézuélien. «Chavez a toujours soutenu les droits légitimes arabes, y compris face au complot contre la Syrie et il avait à maintes reprises exprimé sa solidarité avec la direction et le peuple syriens face à l’attaque impérialiste sauvage», indique l’agence officielle syrienne Sana en annonçant son décès.

Source : agences, édité par : moqawama.org

%d blogger cliccano Mi Piace per questo: